Parce que rien n'est plus important qu'une équipe épanouie pour réaliser des projets de qualité et parce que l'idée même d'Happyculture est liée au bonheur de ses acteurs et actrices, nous avons décidé de formaliser un certain nombres des rouages internes de l'entreprise, sous la forme d'engagements, pour que tou⋅te⋅s sachent à quoi s'en tenir avant de nous rejoindre.

Transmettre nos valeurs coopératives

Le statut de coopérative n’est pas qu’un cadre juridique, c’est un concept portant des valeurs de pérennité, de partage et de co-responsabilité. Par l’obligation de conserver une part de ses bénéfices en réserve, d’en reverser une autre part aux salarié⋅e⋅s, de limiter la part de la société détenue par des personnes extérieures et par le fait de considérer que chaque associé⋅e représente et représentera toujours une et une seule voix, une coopérative est un outil démocratique au service de ses salarié⋅e⋅s et qui valorise leur production plutôt que le capital qui y serait investi. Nous sommes convaincus que ce cadre est un socle fondamental pour notre société et nous nous engageons à en respecter les valeurs, au delà des obligations légales qui y sont rattachées, comme l’indiquent les paragraphes suivants.

Embrasser la diversité

Nous sommes persuadé⋅e⋅s que les plus belles histoires naissent dans la diversité. Malgré un secteur d’activité très marqué par la présence masculine, dont notre équipe se fait le triste reflet, nous souhaitons affirmer à toutes et tous, quelles que soient leurs origines et leurs croyances, qu’ils et qu’elles sont les bienvenu⋅e⋅s parmi nous. Nous nous engageons à ce que chacun⋅e au sein de la société évolue dans un environnement sûr et sain.

Partager le pouvoir décisionnel

Dans le cadre d’une SCOP, les salarié⋅e⋅s-associé⋅e⋅s ont naturellement un pouvoir décisionnaire égal (1 personne = 1 voix). La consultation étant très importante pour que chaque collaborateur/trice puisse se sentir épanoui⋅e, dès que cela est possible et réaliste, comme par exemple pour participer ou non à un projet, chacun⋅e est invité⋅e à donner son avis. Bien que la plupart de ces consultations se déroulent par consentement, il peut arriver que des décisions moins tranchées soient prises par un vote traditionnel de tou⋅te⋅s les intervenant⋅e⋅s. Quelle que soit la méthode, nous nous engageons à respecter la décision collective, même si cette dernière va à l’encontre de la volonté des salarié⋅e⋅s-associé⋅e⋅s.

Offrir un cadre professionnel moderne et respectueux

Afin de mener à bien nos missions, nous avons besoin de nous entourer de personnes talentueuses dans leur domaine. Or, ces personnes ont généralement une vie bien établie et nous estimons qu’il est plus important pour l’équilibre de chacun⋅e de rester proche des gens que l’on aime plutôt que devoir s’en éloigner pour le travail. C’est principalement pour cette raison que nous avons fait le choix de constituer une équipe distribuée, permettant à chacun⋅e de travailler depuis le lieu de son choix. De plus, tant qu’ils/elles respectent les contraintes collectives de la société (point quotidien, travail en équipe, etc.), nos collaborateurs/trices peuvent organiser leurs horaires librement. Le droit à la déconnexion est une évidence chez nous, nous nous engageons donc à l’encourager et le défendre. Il n’est pas rare que, si une personne manifeste son activité alors qu’elle est en congés ou hors d’horaires décents, le reste de l’équipe lui rappelle qu’elle ferait mieux de profiter de sa phase de repos et que l’entreprise, son travail et ses projets sont entre de bonnes mains.

Donner du temps pour la veille et l’expérimentation

Pour maintenir un haut niveau de qualité dans nos réalisations dans un secteur comme le nôtre, nous avons besoin de continuellement nous tenir informé⋅e⋅s des nouveautés technologiques et d’expérimenter pour être en mesure d’avoir un avis critique sur chacune d’elles. Chez Happyculture, nous ne consacrons à nos client⋅e⋅s qu’au maximum 80% de notre temps. Ainsi, nous avons l’équivalent d’une journée par semaine pour nous concentrer sur d’autres sujets dont fait partie la veille technologique.

Donner accès à la formation continue

Chaque collaborateur/trice dispose d’un crédit annuel, hors financement potentiel, pour participer à une ou plusieurs formations s’il ou elle le souhaite. Ce budget peut également être utilisé pour de l’accompagnement dans le cadre d’une montée en compétence moins académique.

Rémunérer décemment et équitablement

Même si certain⋅e⋅s d’entre nous aimeraient pouvoir vivre de collaboration, de bienveillance, d’air pur et d’eau fraîche, nous avons conscience que la rémunération au sens large est un aspect important de l’épanouissement personnel et nous considérons que l’accès aux loisirs et à la culture y contribuent également de façon importante. C’est pourquoi nous avons choisi de fixer collectivement notre rémunération de manière à respecter les besoins de chacun⋅e. En complément, Happyculture a sélectionné une complémentaire santé familiale haut de gamme et la prend en charge à 60% afin que tou⋅te⋅s puissent bénéficier de prestations médicales de qualité sans se ruiner. De plus, du fait de notre organisation distribuée, nous prenons également en charge une partie des frais liés au télétravail (part du loyer, de l’assurance, de la consommation électrique, internet, etc.) jusqu’à hauteur de 250 € mensuels. Enfin, au sein de l’entreprise, la rémunération de chacun⋅e est librement accessible à tou⋅te⋅s et nous nous engageons à ce que le salaire le plus haut ne soit jamais supérieur à 4 fois le salaire le plus bas de l’entreprise.

Donner les moyens de travailler

Pour que chacun⋅e puisse se concentrer sur ce qui compte vraiment, il ne faut pas que des problèmes anodins viennent interférer dans son esprit. Chacun⋅e ayant ses préférences, Happyculture dédie un budget pour chaque salarié⋅e à utiliser librement en matériel afin de ne pas s’attarder sur des lenteurs de machines, mauvais micro ou outil non adapté.
Le secteur d’activité étant très mouvant, chaque salarié⋅e dispose d’un budget pour participer à la/aux formation(s) qu’il ou elle estime pertinente(s) pour se tenir à jour dans ses compétences. Il ou elle dispose également d’un budget pour participer à des conférences si c’est ce qu’il ou elle préfère. Enfin, si notre salarié⋅e souhaite compléter ses expériences par des lectures, un budget livre lui est réservé !